L'eau a-t-elle une mmoire ?

Est-il possible que l'eau puisse « se souvenir » de l'endroit où elle a t, de ce qui s'y trouvait et qui l'a manipule dans le pass ? Certains chercheurs pensent que l'eau a de telles capacits et qu'ils ont pu le prouver.

Table des matires

Qu'est-ce que la mmoire de l'eau?

Avant d'aller plus loin, il est prfrable de dfinir ce dont nous discutons. Qu'est-ce que la mmoire de l'eau? C'est thoris que l'eau a la capacit de retenir une sorte d'empreinte ou de «mmoire» des substances qui y ont t exposes ou dissoutes. Certains chercheurs pensent que cette "mmoire" reste vraie aprs une dilution leve, mme au point qu'aucune molcule ne reste dans l'eau elle-mme.

Recherche sur la mmoire de l'eau

Depuis 1988, des tudes notables ont t menes avec Water Memory montrant à la fois son potentiel et d'autres ne pouvant pas reproduire les rsultats.

1988 - Jacques Benveniste

Le chercheur Jacques Benveniste a d'abord invent l'expression « mmoire de l'eau » dans son article de recherche de 1988 publi dans Nature. Et bien que ses recherches publies puissent avoir t considres comme marginales à l'poque, Benveniste tait une cible assez membre de la recherche grand public.

« En 1988, cependant, Benveniste faisait partie intgrante de l'establishment. Il a t directeur principal de l'unit 200 de l'INSERM, organisme français de recherche mdicale, à Clamart, qui tudiait l'immunologie de l'allergie et de l'inflammation. »

Water Science Research

Dans son article de recherche de 1988, Davenas, E., Beauvais, F., Amara, J. et al. , « Dgranulation des basophiles humains dclenche par un antisrum trs dilu contre les IgE » Nature 333, 816–818 (1988), Benveniste ne cherchait pas la mmoire de l'eau mais recherchait plutôt l'homopathie.

" Il a rapport que les globules blancs appels basophiles, qui contrôlent la raction du corps aux allergnes, peut tre active pour produire une rponse immunitaire par des solutions d'anticorps qui ont t dilues jusqu'à ce qu'elles ne contiennent aucune de ces biomolcules…
C'tait comme si les molcules d'eau en quelque sorte conservaient une mmoire des anticorps avec lesquels ils avaient t prcdemment en contact, de sorte qu'un effet biologique subsistait lorsque les anticorps n'taient plus prsents. Cela, semblait-il, validait les affirmations faites pour les mdicaments homopathiques hautement dilus. »

Il est dit qu'il n'tait pas vraiment concern par l'aspect de la mmoire de l'eau de ses dcouvertes et comment pourrait-il tre reproduit. Benveniste s'intressait davantage aux implications pour l'homopathie qu'à la recherche sur l'eau. Comme indiqu dans son article, " L'eau pourrait agir comme un "modle" pour la molcule [d'anticorps], par exemple par un rseau infini de liaisons hydrogne, ou des champs lectriques et magntiques."

En raison de la nature incroyable de cet article publi, le rdacteur en chef de Nature, John Maddox, l'a prcd d'un commentaire ditorial intitul « Quand croire l'incroyable », qui admettait : « Il n'y a aucune explication objective de ces observations. »

Il y en avait dans la recherche communaut qui pensait que c'tait un peu trop fantastique pour tre vrai. Et les tudes ultrieures ont t impossible de reproduire les mmes rsultats. Le rdacteur en chef John Maddox a mme supervis des tests qui ont tent de reproduire les rsultats mais n'ont pas pu le faire.

Maddoxa dclar, "Ma propre conviction est que cela reste à montrer là-bas est un phnomne à expliquer." (voir "Ondes causes par une dilution extrme ")

Mme si ces tudes ultrieures n'ont pas pu reproduire les rsultats originaux, l'article original n'a jamais t rtract par Nature.

2001 - Bernd Kröplin

En 2001, Bernd Kröplin de l'Institut de statique et de dynamique pour les constructions arospatiales de l'Universit de Stuttgart, a publi ses dcouvertes concernant la recherche sur la mmoire de l'eau dans son livre "World in a Drop" .

Tout comme les recherches de Davenas, E., Beauvais, F., Amara, J. et al. en 1988, Krüplin ne recherchait pas la mmoire de l'eau, mais selon lui, il cherchait autre chose.

« Tout a commenc avec l'ide de dvelopper une simple "mdecine spatiale" pour les astronautes à bord d'un navette spatiale. Permettre aux astronautes de soigner eux-mmes des dfauts de sant mineurs sur la base de procdures de traitement bionergtique. La dcouverte accidentelle tait cependant que mme les plus faibles altrations du champ magntique, non dtectables par les appareils de mesure conventionnels, se refltaient sur la structure de l'eau. Ces effets ont pu tre observs au microscope et ont t respectivement documents. »

Les rsultats des recherches de Krüplin en observant des gouttes d'eau avec un microscope à fond noir sont tonnants.

« Une exprience scientifique a t mene au cours de laquelle un groupe d'tudiants a t encourag à obtenir une goutte d'eau du mme plan d'eau, le tout en mme temps. En examinant attentivement les gouttelettes individuelles, il a t constat que chacune produisait des images diffrentes.
Une deuxime exprience a ensuite t ralise où une vraie fleur a t place dans un plan d'eau, et aprs un certain temps un chantillon de gouttelette de l'eau a t prleve pour examen. Le rsultat produisait un motif fascinant lorsqu'il tait extrmement agrandi, mais toutes les gouttelettes de cette eau semblaient trs similaires.
Lorsque la mme exprience a t ralise avec une espce de fleur diffrente, la gouttelette agrandie tait compltement diffrente, ce qui dterminer qu'une fleur particulire est vidente dans chaque goutte d'eau.
Grâce à cette dcouverte qui montre que l'eau a une mmoire, selon les scientifiques, une nouvelle perception de l'eau peut tre forme. [Kroplin et al] pensent qu'au fur et à mesure que l'eau voyage, elle capte et stocke des informations de tous les endroits qu'elle a traverss, ce qui peut ainsi connecter les gens à de nombreux endroits et sources d'information diffrents lorsqu'ils boivent cette eau, en fonction de le voyage qu'il a parcouru. » (via Resonance Science Foundation)

Vous pouvez voir une explication plus dtaille des recherches de Kroplin dans les vidos ci-dessous.

2009 - Laurat du prix Nobel Luc Montagnier

Laurat du prix Nobel Luc Montagnier, virologue qui a dirig l'quipe qui a dcouvert le virus de l'immunodficience humaine (VIH), publi un article en 2009, Les signaux lectromagntiques sont produits par des nanostructures aqueuses drives de squences d'ADN bactrien. Dans cet article, il prtendait pouvoir dtecter les ondes radio mises par l'ADN de bactries et de virus pathognes massivement dilus dans l'eau. L'appareil qui a t utilis pour dtecter ces ondes radio a t dvelopp par nul autre que Jacques Benvenis te.

Encore une fois, tout comme son prdcesseur Benveniste, ses critiques restent sceptiques, ridiculisant souvent ses recherches en homopathie en public. Mais cela n'empche pas Montagnier de faire plus de recherche ou de prsider la Fondation mondiale pour la recherche et la prvention du sida.

Vous pouvez voir plus de recherches sur l'eau de Montagnier dans son documentaire 2014 Water Memory available en ligne.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Si la recherche sur la mmoire de l'eau est vraie, qu'est-ce que cela signifie pour le reste d'entre nous ?

Traiter les maladies

Montagnier ne laisse pas l'apport de ses critiques le dprime. En fait, il espre que ses recherches avec Water Memory aideront à dvelopper des techniques qui traiteront les maladies.

En discutant des rsultats de sa recherche, Montagnier a dclar "Dans à l'avenir, nous pourrons utiliser ces dcouvertes non seulement pour le diagnostic mais aussi pour le traitement… Il est possible que les ondes lectromagntiques à une certaine frquence tuent les ondes produites par l'ADN bactrien."

Recherche interstellaire (Trouver la vie extraterrestre)

Une utilisation unique de la recherche sur la mmoire de l'eau peut provenir de l'espace. Certains chercheurs esprent pouvoir en apprendre davantage sur l'univers au-delà de notre monde en recherchant l'eau qui pourrait tre pige sur les astroïdes et les comtes. Peut-tre mme preuve d'une vie d'un autre monde .

De l'eau a t trouve sur des astroïdes dans le pass et les chercheurs ont pu renvoyer des chantillons sur Terre pour les tester avec le astroïde Itokawa.

« Les scientifiques ont trouv des traces d'eau dans les grains de poussire de l'astroïde en forme d'arachide Itokawa, et cette dcouverte pourrait faire la lumire sur la façon dont la Terre a obtenu son eau. Des chercheurs de l'Arizona State University (ASU) ont mesur la teneur en eau de minuscules particules de poussire d'astroïde qui ont t amenes sur Terre par le vaisseau spatial japonais Hayabusa, qui a termin sa mission de retour d'chantillons en 2010.
Bien que ce ne soit pas la premire preuve d'eau sur un astroïde, c'est la premire fois que des scientifiques dtectent directement l'eau dans un laboratoire sur Terre. Les tudes prcdentes sur l'eau sur les astroïdes dpendaient de donnes recueillies par des tlescopes ou des instruments monts sur un vaisseau spatial. »

Si les chercheurs sont à nouveau capables de trouver de l'eau sur les astroïdes et de la capturer pour les tester comme ils fait sur l'astroïde Itokawa ou le La mtorite de Sutter's Millils pourront peut-tre rechercher dans l'eau des traces de mmoire.